Papillons de nuit : 15 ans d'anecdotes sur les coulisses du festival

> MUSIQUE/ Le festival Papillons de nuit fêtera ses 15 ans, les 22, 23 et 24 mai prochains, à Saint-Laurent-de-Cuves. Voici quelques souvenirs des organisateurs.

09/03/2015 à 17:03 par acapitaine

Selah Sue est passée par Papillons de nuit en 2011, elle revient cette année dans la Manche
Selah Sue est passée par Papillons de nuit en 2011, elle revient cette année dans la Manche

Qui était là en 2001 ?

Pour la première édition en 2001, le papillon n’est encore qu’une chrysalide. Les organisateurs ont l’idée (plutôt osée) de monter un festival rock au fin fond du Sud-Manche. Têtes d’affiche annoncées : Gérald De Palmas, avec son album phare Marcher dans le sable, Tété et les Brestois de Matmatah avec leur « Retour à Lambé” . Autre artiste invité (en plus petit sur l’affiche) : un certain Sanseverino.

L'affiche de la première édition de Papillons de nuit
L'affiche de la première édition de Papillons de nuit

Les meilleurs souvenirs

Pierre-Olivier Madelaine, administrateur du festival, a fait le tri de ses meilleurs souvenirs depuis 15 ans. Les bénévoles côtoient des artistes généreux et sympathiques. Yannick Noah, qui revient cette année tient une place particulière dans le cœur des bénévoles :

En 2004, il y avait une grande proximité avec l’artiste, pareil avec son public.

Marcel et son orchestre a marqué les esprits en invitant sur scène, l’équipe des mamies bénévoles en cuisine en 2005. Massilia Sound System n’a pas hésité à payer sa tournée de pastis en 2008. Laurent Voulzy a proposé un set acoustique aux bénévoles en 2007. Inspector Cluzo, en 2012, a pris le temps de déguster les saucisses des grilleurs du festival. Dernier beau souvenir, et pas des moindres :

La folie du concert de Stromae, l’an passé.

Les pires sueurs froides

En 15 ans de festival, l’équipe organisatrice a eu quelques sueurs froides. En 2008, c’est un orage qui éclate à moins d’un kilomètre de Saint-Laurent-de-Cuves. Signe annonciateur d’un désastre ? Le guitariste de Bambyshambles rate le début de son propre concert et arrive en plein milieu du show, avec 20 minutes de retard ! Papillons, ce sont aussi des accidents. En 2009, le trompettiste de Ska-P se casse la clavicule en tombant sur scène. Et des annulations. Celle d’Eagle Eye Cherry, en 2004, a traumatisé les organisateurs.

Il a fallu le remplacer à la dernière minute par Archive.

Des découvertes devenues têtes d’affiche

Pierre-Olivier Madelaine et ses programmateurs ont eu le nez fin à plusieurs reprises. Certains artistes invités en tant que  découvertes  sont devenus des têtes d’affiche peu de temps après : Bénabar est passé par le Sud-Manche en 2002, Tryo en 2003, Phoenix en 2007, Charlie Winston en 2009, Asaf Avidan en 2010, Selah Sue en 2011.

L’artiste le plus cher

L’an passé, les organisateurs ont cassé leur tirelire. La palme du cachet artistique le plus élevé, en 15 ans de festival, revient au DJ David Guetta, star de la dernière édition de Papillons de nuit. Le montant exact est confidentiel. On sait juste qu’il s’agit d’un chèque à six chiffres…

Les artistes espérés

Ils ont beau faire venir des David Guetta, Iggy Pop et autres stars planétaires, les programmateurs font parfois chou blanc. Indochine et Manu Chao ont été sollicités mais n’ont pas pu venir faute de disponibilités.

Nous sommes aujourd’hui capables de les accueillir techniquement et financièrement, il ne reste plus qu’à trouver le bon timing !

Placebo vient de sortir de cette liste. Les organisateurs ont enfin réussi à programmer le trio anglais le 23 mai prochain.

15 ans de festival en chiffres

9 000 spectateurs s’étaient déplacés en 2001. Une fréquentation multipliée par 7,7 en quinze années, avec 70 000 personnes à Saint-Laurent-de-Cuves l’an passé. Une édition record en termes de fréquentation. Le nombre de bénévoles a suivi, passant de 300 à 1300, au fil des ans.

Côté budget, les chiffres donnent le tournis. Le budget de la première édition s’élevait à 150 000 €. L’an passé, il a dépassé les 2,5 millions d’euros ! Un budget multiplié par 16 en quinze ans. Rien que ça. La part des cachets artistiques a peu varié et tourne autour d’un tiers du budget général.

Côté tarifs, à l’époque, on parle encore en francs (Eh oui, le temps passe vite). Le billet d’entrée journalier coûtait environ 50 F (soit 7 €) pour la soirée du vendredi et tournait autour de 90 F (soit 15 €) le samedi et le dimanche. Il fallait débourser 180 F (soit 27 €) pour un pass trois jours. Aujourd’hui, les prix ont augmenté mais le nombre de concerts a doublé passant d’une quinzaine en 2001 à 31 pour cette édition 2015.

++ Retrouvez la programmation en vidéo ici

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne gratuitement
Votre opinion

Que pensez-vous de la programmation des Rendez-vous soniques cette année ?
Voir le résultat
Chargement ... Chargement ...

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter